Le métier de courtier

Courtier en assurance, prévoir et anticiper

Le courtier est un intermédiaire en assurance, au même titre qu’un agent général. L’agent général est au service de la compagnie d’assurance mandante alors que le courtier est au service du client.

Le courtier accompagne ses clients pour sélectionner des produits d’assurances adaptés à ses besoins.

L’indépendance : Il travaille avec plusieurs compagnies d’assurances et les mets en concurrence pour obtenir les meilleurs tarifs. Cette négociation permet souvent d’obtenir des remises de 10% à 40% sur les contrats actuels.

Le conseil est le principal métier du courtier : Conseil lors de la souscription et conseil lors de la gestion et de l’instruction des sinistres pour défendre au mieux les intérêts de ses clients. En un seul lieu, avec un seul interlocuteur, le client gère ses contrats et ses sinistres. Pas de call-center, pas de turn-over.

Surveiller les angles morts : Le courtier identifie les risques de ses clients pour éviter toute carence. C’est le suivi et l’accompagnement du client au quotidien qui permet de déceler les nouveaux risques : hausse de l’activité, développement de nouvelles activités, risque d’impayés etc…

Une large gamme de garanties : Responsabilité civile, décennale, dommages-ouvrage, polices de chantier, flotte automobiles, risques industriels, dommages aux biens, bris de machine etc…

 

Assurance-vie : Un nouveau monde?

Une forte baisse des rendements des fonds en euros

Annoncée depuis plusieurs mois par de nombreux assureurs, la baisse du rendement des fonds euros est devenue une réalité, conséquence d’une baisse massive des taux d’intérêts.

La rémunération des fonds euros en 2019 est attendue en moyenne à environ 1.4% (1.8% en 2018), soit 1.16% après les prélèvements sociaux. C’est moins que l’inflation! Le capital n’est donc plus protégé!

Et pourtant, 70% de la collecte en assurance-vie est orientée vers les fonds euros.

Doit-on oublier les fonds euros?

Non, car ces fonds euros peuvent toujours venir aux côtés des unités de compte pour protéger son contrat multisupport, notamment en cas de forte correction boursière et financière, ce qui ne manquera pas d’arriver compte tenu des valorisations parfois stratosphériques de certains actifs.

Des quotas lors de la souscription de fonds euros?

Oui, dès fin 2019 plusieurs assureurs ont décidé d’appliquer un quota limitant la proportion de fonds euros dans un contrat d’assurance-vie multisupport et le conditionnant à la souscription d’UC: Generali, Suravenir, Aviva, Afer, AXA … la liste est longue…

Diversification, solution pour les prochaines années?

Oui, avec prudence.

C’est d’abord le profil d’investisseur qui doit être analysé: mon goût pour le risque, mon horizon de placement, mes besoins de liquidités vont conditionner les supports à sélectionner. Les fiches produits (KID) associées aux conseils de votre courtier / gestionnaire de patrimoine vont permettre de vous accompagner. Chaque fiche produit identifie le risque sur une échelle, permettant une vision globale.

La gestion déléguée peut aussi être une solution pour l’assurance-vie de demain. La raison est assez simple: Les marchés financiers sont de plus en plus complexes, volatils. Ils exigent une maîtrise de leurs rouages, une nécessité d’obtenir les bonnes informations et beaucoup de temps pour les analyser. S’appuyer sur des professionnels devient donc une réelle opportunité sur des marchés atypiques (taux très bas, marché financier et immobilier très haut)

Diversification immobilière ?

Oui. Les UC placées en parts de SCPI/OPCI permettent de doper la rentabilité de votre contrat d’assurance-vie multisupport.

En 2019, le rendement moyen des SCPI s’élève à 4,4%!

Ceci dit, la sélection de ces placements doit se faire avec le plus grand soin car certains sont plus ou moins sensibles à la conjoncture économique : immobilier commercial ou immobilier de bureau, situation géographique des biens immobiliers, antériorité de la SCPI, autant de facteurs à étudier soigneusement.

Conserver un horizon long terme

En matière de placement, le temps reste toujours le meilleur allié.

C’est le temps qui va lisser les hausses et les baisses des marchés financiers, les mini-krachs, les impacts à court terme du coronavirus et des guerres commerciales.

C’est pour cela qu’il existe des fonds à horizon.

Le cabinet ANHOD vous accompagne au quotidien dans la gestion de vos contrats d’assurance-vie.

 

 

 

Assurer le matériel pris en location

Entreprises du bâtiment : Des économies sur l’assurance du matériel pris en location

Voilà une solution très simple pour économiser des sommes importantes. Le plus souvent, les entreprises du bâtiment vont souscrire une assurance “au coup par coup” lors de la location d’engins ou de matériels. Cette assurance est souvent “incluse” auprès des loueurs (Loxam, Kiloutou etc…).

Mais les loueurs prennent une marge conséquente sur ce produit.

Des économies importantes : En règle générale, un contrat dédié souscrit par le courtier auprès d’une compagnie est 2 à 3 fois moins cher que le tarif du loueur. Faites le calcul et cela peut représenter facilement plusieurs milliers d’euros d’économies chaque année.

Comment faire : Si le montant annuel de vos locations dépasse 15.000 euros, il suffit de nous communiquer le type de matériel ou d’engin et le montant annuel des locations. Avec ces informations nous pourrons vous faire une proposition. L’attestation d’assurance que vous remettrez au loueur une fois par an vous permettra de ne plus dépendre des tarifs du loueur pour assurer le matériel pris en location.

Contactez-nous sans attendre pour un devis et une mise en place très rapide.

Des taux négatifs. Quels impacts sur nos placements?

Des taux négatifs. Çà veut dire quoi?

En règle générale le taux d’intérêt est la rémunération d’un agent qui a accepté de prendre un risque : banque, assurance etc… C’est le cycle normal de l’économie.

Depuis quelques mois, c’est l’inverse qui se produit. L’agent doit payer pour prendre un risque. Ce raisonnement défie le bon sens et la logique. Ainsi, les banques et les assureurs se retrouvent à payer l’état pour lui prêter de l’argent. C’était au mois de Juin ou l’OAT 10 ans est passée en territoire négatif.

Le monde change et les taux d’intérêts ne font que refléter ces changements. La politique accommodante (trop ?) de la BCE par ses rachats d’actifs, les excès de liquidité, l’absence d’inflation, autant de facteurs qui aujourd’hui ont fait baisser en excès les taux d’intérêts.

Des effets faussement opportunistes

Il est vrai que d’un certain point de vue cela peut entraîner des effets positifs à court terme : L’état s’endette gratis, les ménages peuvent emprunter plus et plus facilement pour leur primo accession à la propriété.

La nature ayant horreur du vide, ce que gagne le ménage français en frais financiers, il le reperd dans la hausse des prix de l’immobilier. Un jeu à somme nulle.

Des effets pervers bien réels pour l’épargne

A long terme de nombreux effets pervers vont se produire. A commencer par l’épargne des ménages. Au 2ème trimestre 2019 le taux d’épargne des français était de 14.8%, à comparer à 6.5% pour les britanniques. Les français épargnent beaucoup, mais la rentabilité de leur placement va significativement chuter dans les prochains mois et les prochaines années.

Les français sont friands de l’assurance vie et au cours de ce même trimestre l’épargne dans ce produit financier a augmenté de 31.2 milliards d’euros en rythme annuel.

Pourtant, les assureurs ont mis en garde leurs clients : Les taux d’intérêts négatifs ou très proche de 0% impactent très fortement la performance des fonds en euros. Un maintien sur le long terme de ces taux occasionnera forcément la fin des fonds en euros puisqu’ils ne rapporteront plus rien.

D’ailleurs, plusieurs compagnies conditionnent depuis peu le versement sur des fonds euros à un versement initial important sur des supports plus risqués mais avec un potentiel de gain plus important (unités de compte).

Un arbitrage complexe, une rentabilité financière délicate à maintenir dans le temps 

Pour l’assurance vie, le client a deux possibilités : soit il investit tout ou partie en fonds en euro, soit il investit sur des placements plus risqués en unités de compte.

Mais ce sont les taux d’intérêts qui font le rendement des fonds euros. Ce dernier est de plus en plus faible (inférieur à l’inflation pour certains). Cela signifie que l’investisseur perd de l’argent en investissant sur certain de ces supports, même si le taux de rendement est positif.

Investir aujourd’hui en fonds en euros n’est certes pas risqué mais rare sont les compagnies qui acceptent de nouveaux investissements 100% fonds euro. Et cela ne rapporte plus grand-chose…

 L’option d’investir aujourd’hui sur des supports en unités de compte est donc une véritable alternative pour maintenir une certaine performance sur les contrats d’assurance vie.

Cependant, si l’investisseur décide d’orienter sa politique de placement vers des fonds plus risqués (unités de compte) il fera cette fois-ci face à un marché financier très cher avec un CAC40 qui a grimpé de plus de 26% depuis le 1er janvier. Les perspectives à moyen terme ne sont également pas enthousiasmantes avec le ralentissement économique prévu en France, en Allemagne ou aux Etats-Unis.

Cette situation de taux très bas ou négatifs peut-elle perdurer ?

Oui au moins à moyen terme, pour la bonne raison que tant qu’il n’y a pas d’inflation ou de surchauffe de l’économie (trop de croissance) les taux de la BCE n’ont pas vocation à remonter. D’autant plus que les états « riches » et donc très endettés sont ravis de cette situation où les taux sont minimes : les banques centrales achètent leurs obligations en créant encore plus de liquidités et donc en faisant baisser encore plus les taux…..

Des solutions ?

La diversification, peut-être. La sélection des unités de compte doit se faire avec le plus grand soin. Les fonds immobiliers (SCPI) intégrables dans des contrats d’assurance-vie, les placements immobiliers peuvent être des alternatives intéressantes pour la recherche d’une rentabilité, même si la liquidité de ces placements n’est pas toujours au rendez-vous et que le risque est bien présent.

En tout état de cause, ces taux d’intérêts négatifs imposent à l’investisseur de changer son paradigme et de remettre en cause l’intérêt financier (et non fiscal) des fonds euros au sein du placement préféré des français.

Recherche Stagiaire Développeur full stack

Anhod est un cabinet toulousain spécialisé dans le courtage en assurances et la gestion du poste client.

Nous recherchons un stagiaire développeur full stack pour accompagner la mise en œuvre d’un applicatif métier spécifique.

Vous rejoindrez une équipe dynamique et jeune sur un projet innovant.

Mission :

Vous interviendrez sur les missions suivantes :

  • Participation à l’élaboration du cahier des charges pour la digitalisation de certains de nos services et l’automatisation de certaines tâches administratives.
  • Mise en œuvre de ce cahier des charges par le développement d’un applicatif métier.
  • Interfaçage de l’applicatif avec d’autres applications (word, excel etc…) et API.
  • Tests

Vous serez encadré par le dirigeant qui maîtrise les outils de développement.

 

Compétences requises :

Architecture MVC avec framework.

Front : Vue.js, JavasScript (ES6)

Back : PHP, MySql

La maîtrise de BootStrap4, Webpack et Composer sera très appréciée.

Stage conventionné d’une durée minimale de 2 mois

Stage disponible immédiatement.

Le sapin est arrivé!

Le sapin de Noël est arrivé chez Anhod! Merci à Marion et Meggy pour cette belle déco 🙂

C’est la dernière ligne droite avant les vacances de Noël et 2020. D’ici là, nous continuons toujours à faire notre maximum pour défendre au mieux vos intérêts : Gérer vos contentieux, vos sinistres et vos contrats d’assurance!

 

 

 

Le Gouvernement se saisit de l’assurance construction

Le gouvernement a décidé de saisir le Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Energétique (CSCEE) au sujet de la crise de l’assurance construction qui a eu lieu sur les 2 dernières années.

Il s’agit notamment d’étudier de près la crise qui a eu lieu chez les assureurs étrangers opérant en Libre Prestation de Services. Lors des 2 dernières années, de nombreuses petites compagnies d’assurances étrangères ont fait faillite, avec des conséquences lourdes : En décennale, les artisans devront le plus souvent régler eux-même directement les sinistres qui se produiront dans les 10 prochaines années. En dommages ouvrage, certains maîtres d’ouvrage sont obligés de payer une seconde fois une assurance dommages ouvrage pour pouvoir vendre les logements…

Les particuliers sont aussi impactés car nombreux sont ceux qui ont souscrit une assurance dommages ouvrage auprès de ces assureurs peu scrupuleux, pour la construction de leur maison individuelle.

La sénatrice Dominique Estrosi-Sassonne évoque des “pratiques frauduleuses”.

En ce sens, l’Etat rappelle que les entreprises de bâtiment doivent a minima vérifier la solvabilité des compagnies d’assurance avant de souscrire un contrat d’assurance décennal.

Pour rappel, le risque décennal est de 10 ans. C’est donc un risque long qu’il convient de confier à des compagnies d’assurances de premier ordre.

C’est aussi à nous de vous conseiller au mieux, et de vous orienter vers les meilleurs compagnies.

Nous cherchons un(e) chargé(e) de recouvrement

 

Poste à pourvoir dès que possible.

La société ANHOD est un cabinet Toulousain pluridisciplinaire de services aux entreprises. Notre mission est de protéger l’entreprise de l’ensemble des risques qu’elle peut rencontrer. Nous intervenons en amont par notre activité de courtage en assurances et en aval par notre activité de gestion des contentieux et du recouvrement du poste client.

Une équipe dynamique avec l’envie permanente de se développer.

Nous recherchons un chargé de recouvrement H/F, pour une longue mission évolutive sur un CDI, idéalement en 4/5ème, titulaire au minimum d’un diplôme BAC+2 (DUT, BTS).

Avantages : Prime d’encaissement, mutuelle, ticket restaurant.

Salaire : Selon expérience.

VOTRE MISSION

Gestion d’un portefeuille de recouvrement amiable:

  • Relances téléphoniques, relances postales des débiteurs grâce à notre applicatif métier.
  • Relance en marque blanche pour le compte de nos clients
  • Négociation avec les débiteurs (proposition d’accord, d’échéancier etc…)
  • Gestion et suivi des procédures judiciaires et des voies d’exécution en collaboration avec notre réseau d’avocats et d’huissiers
  • Atteindre des objectifs quantitatifs et qualitatifs qui viendront augmenter votre rémunération

Assistance à la gestion administrative du recouvrement : 

  • Facturation du recouvrement
  • Emission des situations, remises de chèques, relance des impayés du cabinet

VOS QUALITES

  • Aisance au téléphone avec une capacité d’écoute et de persuasion
  • Force de proposition dans le traitement de vos dossiers
  • Orthographe impeccable

Congés d’été – Pas de fermeture du cabinet

C’est l’été et le retour du rosé et des barbecues! Canicule ou pas, le cabinet Anhod restera ouvert tout l’été. Nous serons à votre écoute sur toute cette période.

Notre ours aussi est passé en mode été…tout en restant au travail!

Et parce que le jour efface les promesses de la nuit, c’est promis, on abusera pas du rosé!

Enfin des chiffres sur le bien-être des Entrepreneurs

Le baromètre 2019 sur la forme des dirigeants, réalisé par Opinion Way et MMA Fondation Entrepreneurs, évoque le stress, la santé, le temps de travail du chef d’entreprise.

Un stress très élevé au quotidien

7 entrepreneurs sur 10 souffrent du stress quotidiennement. 57% à cause d’une surcharge de travail, 53% par manque de trésorerie, 48% à cause des incertitudes concernant leur activité.

Une durée de travail phénoménale

Et oui ce n’est pas un mythe. Un travail plus stressant mais surtout une quantité de travail tellement éloignée des standards de Martine Aubry…

En moyenne, le chef d’entreprise travaille 50 heures par semaine.

Pour un dirigeant sur 5 c’est plutôt 60 heures, pour un sur 10 ce sera même 60 heures.

Un bon état de santé

9 sur 10 estiment être en bonne santé mentale et 8/10 en bonne santé physique.

4 dirigeants sur 10 éprouvent une fatigue chronique qui impacte leur forme.

Seulement 8% se sont fait arrêter par leur médecin lors des 12 derniers mois avec un impact négatif sur l’activité de l’entreprise dans un cas sur 2.

Plus de travail, plus de stress, plus de risques, plus d’instabilité, les facteurs sont réunis pour que l’entrepreneur soit rapidement au bout du rouleau…C’est l’inverse qui se produit, souvent parce que tous ces points négatifs sont compensés par le sentiment de maîtriser sa vie et de ne pas subir.

 

MARL : Modes Alternatifs de Règlement des Litiges

 

Très répandu outre atlantique, les MARL sont à la mode.

En France les MARL, Modes Alternatifs de Règlement des Litiges, commencent à s’intégrer dans le paysage du monde des affaires. Ils permettent de résoudre amiablement des conflits, d’éviter des procédures judiciaires.

Vos bénéfices : Obtenir un accord rapidement pour clôturer un litige à moindre frais.

Les cabinet de recouvrement sont des acteurs clés dans cette démarche.

Mode d’emploi…

La transaction :

Pour les litiges importants, entre professionnels ou avec un particulier

Les parties se rapprochent, assistées par un professionnel (avocat, cabinet de recouvrement, expert technique), pour faire des concessions réciproques qui aboutissent à l’élaboration d’un accord transactionnel.

Selon les articles 2044 et suivants du Code Civil, l’accord entre les parties a l’autorité de la chose jugée, et ne peut donc être remis en cause.

Le cabinet Anhod utilise très régulièrement la transaction. Nous intervenons pour organiser la transaction, rédiger l’accord transactionnel et s’assurer de sa bonne exécution… par les deux parties.

La médiation :

Principalement pour les petits litiges, entre un particulier et un professionnel

Procédure payante pour le professionnel et gratuite pour le consommateur, elle fait aussi appel à un tiers, le médiateur. Les branches professionnelles (assurance, banque etc…) ont mis en place des outils de médiation.

Le code de la consommation (articles L.611 à L.616 et R.612 à R.616 ) impose désormais aux entreprises de prendre en charge le coût de la médiation pour le consommateur…

La conciliation :

Principalement pour les petits litiges, souvent de la vie quotidienne

La conciliation désigne l’arrangement amiable auquel parviennent des personnes en conflit, au besoin avec l’aide d’un tiers. Rapide et gratuit.

La conciliation implique généralement l’intervention d’un tiers : le juge peut jouer lui-même ce rôle, c’est notamment prévu dans le cadre de la procédure suivie devant le tribunal d’instance, ou bien confier cette mission à un tiers. Le conciliateur est un auxiliaire de justice bénévole.

Les communes qui construisent dans l’aire toulousainne

Toulouse Montaudran
Toulouse Montaudran © Anhod

Selon l’INSEE, l’aire urbaine de Toulouse gagne chaque année en moyenne près de 19.000 habitants!

Entre 2010 et 2015, plus de 38 000 logements ont été construits dont 65% dans Toulouse.

Après Toulouse, Colomiers avec plus de 2 192 logements sur la période. Balma arrive troisième avec 1 384 logements.

  • 1 195 logements : Blagnac
  • 946 logements : Tournefeuille
  • 740 logements : Launaguet
  • 706 logements : Cugnaux
  • 658 logements : Castelginest
  • 600 logements : Saint-Orens-de-Gameville
  • 579 logements : Cornebarrieu

Ce solde migratoire devrait en tout logique garantir une activité encore soutenue pour plusieurs années dans les métiers du bâtiment et de la construction.

Gestion des risques : Les PME privilégient les courtiers

Une étude menée par OpinionWay pour l’assureur QBE auprès de plus de 300 PME et ETI montre que ces derniers considèrent que les courtiers et assureurs sont les plus légitimes pour le conseil en gestion du risque.

Les courtiers et les assureurs (62%) se positionnent ainsi devant les avocats (58%) en matière de conseil en gestion des risques.

Les entreprises souhaitent que les courtiers les aident à définir les risques les plus probables (76%), les accompagnent pour mettre en place des stratégies de gestion des risques. 66% d’entre-eux souhaitent des offres sur-mesure.

Une étude intéressante que l’ont peut consulter en cliquant ici

Cela démontre une nouvelle fois le rôle majeur du courtier en assurance. Proche de ses clients, il connait le fonctionnement des entreprises qu’il assure. Cette connaissance du client alliée à son expertise technique va permettre de mettre en place une politique de couverture des risques optimale.

Le suivi de cette couverture est aussi essentiel. C’est l’adéquation des contrats avec l’évolution de l’activité de l’entreprise, la prévention pour limiter la sinistralité, le suivi des contentieux qui vont permettre au dirigeant de rester serein.

Source : QBE – OPINIONWAY

Prévoyance : Pensez-y!

Chef d’entreprise TNS ou profession libérale, il est essentiel de se protéger par la souscription d’un contrat prévoyance.

Si tous les salariés bénéficient d’une prévoyance, cela n’est pas le cas pour les TNS ou les professions libérales.

Le contrat de prévoyance étant facultatif pour les dirigeants TNS.

Les indemnités journalières versées par les régimes sociaux sont nulles ou souvent très insuffisantes (RSI, CIPAV…).

En cas d’aléas, maladie, accident, hospitalisation, vous êtes directement impacté. Les finances de votre foyer peuvent être rapidement en péril.

La prévoyance vous permet de bénéficier d’indemnités journalières afin de conserver le même niveau de revenu.

Au-delà de ces indemnités, la rente d’invalidité vous assure le versement d’une rente en cas d’accident ou maladie grave.

Avantages fiscaux : En plus de vous protéger, les cotisations des contrats de prévoyances peuvent êtredéductibles de votre revenu professionnel dans les limites prévues par la loi. C’est la fameuse loi Madelin.

Avec nos compagnies partenaires de premier ordre dans ce domaine, nous vous proposons des solutions qui s’adaptent à chacun de vos besoins pour une protection optimale.

 

 

Quelles assurances pour les entrepreneurs du BTP

 

Depuis la loi Spinetta de 1978, les entreprises du bâtiment doivent souscrire obligatoirement une assurance responsabilité civile décennale. Cette assurance prendra en charge les éventuels sinistres de nature décennale dans les 10 années qui suivent la réception du chantier.

Outre les garanties légales, d’autres garanties vont permettre de protéger l’entrepreneur :

  • Garantie de bon fonctionnement : Elle s’applique aux éléments d’équipements dissociables, pour 2 ans (ex : pompe à chaleur, ballon d’eau chaude, ouvrant de porte, lavabo sur colonne…)
  • Dommage intermédiaire : Cette garantie permettra de prendre en charge les dommages non apparents à la réception qui ne relèvent pas de la garantie décennale (ex : défauts d’aplomb, planimétrie des plafonds, microfissurations…)
  • Protection juridique : Prise en charge des honoraires (experts, avocats, huissiers) si l’assureur en RC décennale refuse de garantir le sinistre et que le maître d’ouvrage poursuit l’entrepreneur.
  • RC exploitation, Dommages en cours de chantier, responsabilité des sous-traitants…

Le nombre de compagnies acceptant de souscrire ces contrats étant assez restreint, le coût de l’assurance décennale peut être assez élevé : De 0.5% à plus de 10% du chiffre d’affaires.

A garanties égales, les tarifs peuvent varier de 10% à 50% selon les compagnies. Par conséquent, il est pertinent de consulter le marché régulièrement.

Plusieurs facteurs influencent la prime :

  • Les activités garanties : Le risque pour un étancheur n’est pas le même que pour un électricien.
  • La sinistralité passée : L’analyse de la sinistralité en fréquence et en intensité aura un impact important sur la prime.
  • Le chiffre d’affaires : La prime est souvent calculée par un taux sur le chiffre d’affaires.
  • Autres critères : Qualification, expérience, importance de la sous-traitance, effectif, recours à l’interim…

Trois précautions indispensables avant de souscrire une assurance décennale :

  • Choisir une compagnie d’assurance de premier ordre, historiquement connue.
  • Souscrire auprès d’un agent ou d’un courtier en assurance spécialiste du bâtiment, qui pourra vous accompagner sur un plan technique et juridique en cas de sinistres, ayant un réseau local important dans ce domaine.
  • Être attentif à vos déclarations pour éviter un refus de garantie ou l’application de la règle proportionnelle : activités déclarées, effectif réel, chiffre d’affaires exact etc…

Le cabinet Anhod vous accompagne pour vous proposer LE contrat adapté, au meilleur prix. Nous vous accompagnons aussi tout au long de la vie du contrat, en cas de sinistre grâce à notre expert construction dédié au sein du cabinet, en cas d’impayés ou de contentieux avec vos clients.